Olivier Pla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Olivier Pla

Message par guy3865 le Lun 8 Mai - 16:12

source Motorsport.com du 08/05/2017

Pla : "Deux relais avec les mêmes pneus en GTE, ce n'est pas super fun"



Le pilote toulousain de chez Ford est toujours aussi rapide, en témoignent ses qualifications de samedi. Une pointe de vitesse qui doit désormais s'associer à une vraie gestion des gommes, avec le nouveau règlement.

G.N., Spa-Francorchamps - Ford a bien débuté sa saison. Les GT de Dearborn, que ce soit avec Mücke et Pla ou Priaulx et Tincknell, sont dans le coup, en témoigne la victoire de ces derniers lors de la course d'ouverture à Silverstone. En Belgique cependant, les Ford ont été surprises par des Ferrari très performantes. Enfin, surprises est un bien grand mot, comme l'explique Olivier Pla à Motorsport.com : "On s'attendait à ce que les Ferrari soient aussi bien placées, clairement, elles étaient là en fin de saison, très rapides et à Silverstone elles étaient là."

Il ne s'agit pas là d'une question de spécificité du circuit. "Pas forcément, je pense que notre voiture n'aime pas les longs virages où elle peut garder de la vitesse. Comme elle n'aime pas les virages serrés comme à Bahreïn." Ici, à Spa, les Ford sont en forme, mais pas question de tirer de conclusions avant Le Mans. "De par le règlement, on roule ici en version chargée en aéro, pas en low downforce comme on devrait le faire au Mans. On récupère d'autres informations pour plus tard, mais pas vraiment pour Le Mans."

Le Toulousain prend néanmoins ses marques avant le temps fort de la saison en WEC, les 24 Heures, et surtout pour la suite de l'année. Laquelle sera marquée par une inconnue, celle des pneus. Comme en LMP1, de quatre trains de pneus en essais libres et six voire huit en qualifications et course, le nombre de trains alloués descend à trois en essais et quatre en course.

C'est vraiment à celui qui va le mieux gérer ses pneus.
Olivier Pla

"Je pense que les pneus vont être la clé pour tous les week-ends de course. Faire deux relais avec les mêmes pneus en GTE, ce n'est pas super fun. C'est vraiment à celui qui va le mieux gérer ses pneus." Un règlement qui attriste le pilote Ford, qui semble regretter le règlement de l'an dernier : "Personnellement, je ne suis pas un grand fan de ça. J'aimais bien l'année dernière, on pouvait attaquer avec un train de pneus par relais sans forcément les gérer. C'est pareil pour tout le monde dans tous les cas."

Néanmoins, ce règlement se veut plus dans l'esprit Endurance, sanctionnant la moindre erreur de pilotage. Sur un week-end, cela peut payer : "Ça limite déjà le nombre de petites erreurs, de crevaisons que tu peux avoir sur un week-end de course. Tu n'as pas le droit de mettre un pneu au carré puisque tu sais que tu auras, en course, un train en l'air. Il faut vraiment faire attention, même en qualifications, sur certains circuits, quand les pistes sont plus abrasives que d'autres. Savoir si on utilise un train ou deux trains. Faut vraiment y penser quand on roule."

Dans le rythme cependant, Pla se montre satisfait. Les pneus travaillent bien avec la GT : "Michelin a beaucoup travaillé là-dessus avec nous cet hiver pour développer des pneus pour notre auto et avoir des pneus. Ce qu'on a vu à Silverstone était satisfaisant, faut continuer."

Trafic plus fluide

L'autre inconnue depuis le début de saison est celle du trafic avec les nouvelles LMP2. Plus rapides en ligne droite comme en virage, ces nouvelles P2 semblent fluidifier le pilotage pour les GT : "C'est beaucoup plus facile de rouler. L'an dernier, autant en qualifs, ils étaient plus vite que nous dans les virages, pas plus dans les vitesses de pointe, on était parfois mieux. Ça n'arrive pas plus vite que les P1, on est habitués."

Il dit aussi que le différentiel dépend surtout du niveau du pilote, les fameux gentlemen drivers : "C'est vrai que ça dépend des pilotes qui sont derrière le volant. Là, les vitesses sont bien plus élevées, après on ne sait pas qui est dans la voiture. On n'est jamais à l'abri de quelqu'un qui va essayer de faire un freinage tardif et forcer le passage. En général ça se passe bien, à Silverstone ce n'était pas catastrophique."

Pour Le Mans, selon lui, "ce sera facile. Après ça dépendra une nouvelle fois de qui pilote. L'année dernière, ça m'est arrivé au Mans de doubler des P2 et de les garder derrière moi pendant tout un relais. Pas parce que je lui fermais la porte, mais parce qu'il ne savait pas comment faire. Ce n'était pas vraiment lui qui conduisait la voiture, mais plus la voiture qui conduisait. Faut dire les choses comme elles sont."

_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 34380
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 63
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Pla

Message par guy3865 le Dim 4 Juin - 9:09

source Motorsport.com du 03/06/2017

Olivier Pla : "On s'attend à ce que tout le monde soit très fort"



Olivier Pla s'attaque à une deuxième édition des 24 Heures du Mans en tant que pilote Ford. La marque américaine est forte de sa victoire en 2016, mais le Toulousain garde les pieds sur terre avant la Journée Test.

Un an après, Ford revient sur les lieux de son succès. Le Mans et une victoire remarquable pour la première venue de la Ford GT en Sarthe. À l'époque, Joey Hand, Dirk Müller et Sébastien Bourdais s'étaient imposés au terme d'un duel remarquable avec Ferrari.

Ford arrive donc cette année en terrain connu, avec du matériel connu, mais pas pour autant la fleur au fusil, comme l'explique Olivier Pla, qui pilote sur la Ford GT #66, l'une des quatre de l'impressionnante escouade des GT de la firme de Dearborn. Un Olivier Pla plus "excité que stressé" de revenir dans la Sarthe.



Contrairement à l'an dernier, la firme de Dearborn s'attaque avec un peu plus d'expérience au circuit du Mans. "Là, nous arrivons avec le kit low downforce, qui est le même que celui de l'année dernière", précise le Français de chez Ford auprès de Motorsport.com. "C'est le règlement GTE qui veut ça. On ne peut apporter d'évolutions aérodynamiques sur la voiture qu'au bout de deux ans." Ford arrive donc avec une GT mature et bien mieux maîtrisée que lors de l'année précédente.

Le vrai changement intervient dans les liaisons au sol. Par rapport à l'an dernier, le règlement au niveau des pneus en Championnat du monde d'Endurance a évolué. Au Mans, selon Pla, les effets de ce dernier devraient moins s'en faire ressentir que sur les autres manches du championnat. "Sur des courses de six heures, comme Spa ou Silverstone, on doit se partager quatre trains de pneus pour les qualifications et la course. Il faut travailler à préserver les gommes." Au Mans en revanche, la donne est différente : "On est moins limités, ce qui est logique. Les contraintes sur le circuit sont importantes, et l'on ne peut se permettre de terminer avec des pneus à l'agonie. Ce ne sera pas un problème comme sur le WEC."

Hiérarchie serrée

Reste désormais à savoir où se situe la Ford GT par rapport à ses concurrentes que sont Aston Martin, Ferrari, Corvette et Porsche. Pour Olivier Pla, les résultats de Silverstone, où Ford, avec Thincknell et Priaulx signe la victoire, puis de Spa-Francorchamps, ou Ferrari s'est montré à l'aise, ne reflètent pas forcément la hiérarchie. "Difficile de se prononcer", explique Olivier Pla. "J'espère que les performances des voitures seront bien équilibrées, mais on s'attend à ce que tout le monde soit très fort. Aston Martin, Ferrari, Corvette, ce sont toutes de bonnes équipes, et Porsche arrive avec une nouvelle voiture."



La firme allemande sera la seule vraie inconnue, même si, pour le moment, les nouvelles 911 RSR se sont montrées un peu plus en retrait. La Journée Test de dimanche devrait permettre d'en savoir un peu plus avant la course.

Une journée "très importante", précise-t-il. "L'année dernière, elle l'était d'autant plus car on posait les roues de la GT pour la première fois sur ce circuit mythique." Mythique et exigeant, avec les longues lignes droites dans les Hunaudières, et ses courbes rapides, comme les virages d'Indianapolis et Porsche, l'enchaînement de la Nouvelle Portion.



"La Journée Test nous permet de valider de nouvelles choses, de vérifier le travail effectué. Cela va des réglages du set-up au travail avec les Michelin, que l'on vérifie. En termes de réglages, il y a toujours des nouvelles voies que l'on peut étudier, des choses à améliorer. Il y a un perpétuel développement sur la voiture." Avec une sérénité en plus d'acquise, celle d'avoir une année dans les jambes, et d'éviter les surprises de la découverte. Une course comme Le Mans se joue sur des détails, rentrer très vite dans le programme de travail en fait partie.

Humilité en tête

Pourtant, Ford n'arrive pas en terrain conquis. L'accident de Sébastien Bourdais, son équipier sur l'une des Ford engagées, a forcé la firme de Dearborn à revoir l'organisation de l'équipage de la voiture flanquée du #68. Tony Kanaan venant remplacer au pied levé le pilote manceau, vainqueur en titre dans la catégorie GTE.



Pas de quoi déséquilibrer le fonctionnement d'une équipe dans son ensemble, mais un contretemps fâcheux, jamais agréable à encaisser. Le Toulousain regrette d'ailleurs l'absence de son équipier manceau. Un pilote qu'il connaît depuis son enfance : "C'est frustrant pour Seb, car il s'est imposé ici l'an dernier. C'est un super pilote, que j'apprécie beaucoup. On s'est connus petits, quand nos pères respectifs courraient ensemble. Dans son malheur, il a eu de la chance, car son accident est impressionnant. J'espère qu'il va se remettre vite, et je pense qu'il le fera."

Sur sa voiture, en compagnie de Stefan Mücke, son équipier habituel en WEC, Olivier Pla retrouvera l'Américain Billy Johnson. Les trois hommes se connaissent bien pour avoir fait Le Mans ensemble en 2016, sur la Ford GT. Une quatrième place en GTE était venue conclure leur aventure. Un an après, les réflexes n'ont pas été perdus, assure Oliver Pla : "On a fait pas mal de tests ensemble, on a l'habitude de travailler ensemble, nous sommes plus que rodés." De quoi aller chercher une victoire de catégorie en GTE Pro ? "Clairement, Ford vient pour gagner." Reste désormais à aligner les petits détails qui mènent à la victoire en Sarthe.


_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 34380
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 63
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum