Dakar 2018

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dakar 2018

Message par guy3865 le Jeu 30 Nov - 16:32

source Motorsport.com du 29/11/2017

Villas-Boas change de terrain et participera au Dakar 2018



L'entraîneur portugais, actuellement à la tête de l'équipe de Shanghai, va prendre part à la prochaine édition du Dakar au volant d'un Toyota Hilux.

C'est une facette peu connue de l'entraîneur de football André Villas-Boas, actuellement à la tête de l'équipe de Shanghai, mais celui-ci détient un autre tropisme que celui du ballon rond. En l'espèce, le Portugais est un passionné de sports mécaniques, à telle enseigne qu'il va concourir, l'année de ses 40 ans, à la 40e édition du Dakar !

D'abord versé dans le monde du motocross, le natif de Porto a même participé au Championnat portugais de tout-terrain. Mais c'est pourtant parmi les autos qu'il roulera en janvier prochain. "J’en ai parlé à mon ami Alex Doringer, le manager de KTM, qui m’a dit que j’aurais tout de même besoin d’une préparation complète d’une année pour y arriver et qu’il était préférable de se diriger vers la voiture. Alors j’ai pris contact avec le Team Overdrive et me voilà au départ !"

Le Portugais a connu un certain succès dans le domaine du football, qui l'a conduit jusqu'à remporter la Ligue Europa avec le FC Porto en 2011, avant de se frotter au championnat anglais à la tête de Chelsea et de Tottenham, avec moins de réussite. Villas-Boas a par la suite entraîné le Zénith Saint-Pétersbourg, avant de s'exiler en Chine à la tête de l'équipe de Shanghai.

En participant à la prochaine édition du Dakar, le Lusitanien roule donc dans les traces de son oncle, Pedro Villas-Boas, qui s'était aligné sur l'épreuve en 1982. Il évoluera par ailleurs au volant d'un pick-up, le Toyota Hilux, avec comme copilote son compatriote Ruben Faria, deuxième de l'épreuve 2013 en catégorie moto, et qui a raccroché à l'issue de l'édition 2016. "Quand André m’a appelé pour me proposer de partir avec lui, j’ai dû réfléchir… au moins cinq secondes. C’est un super challenge et je pense qu’on peut faire un bon Dakar, ce qui signifie rejoindre le bivouac tous les soirs, et en n’arrivant pas trop tard !"

La 40e édition du Dakar se déroulera du 6 au 20 janvier prochains, et reliera Lima, capitale du Pérou, de retour sur le parcours de l'épreuve pour la première fois depuis 2013, et Cordoba, en Argentine.

_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 39853
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 63
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dakar 2018

Message par guy3865 le Mer 20 Déc - 15:49

source Motorsport.com du 20/12/2017

L'édition 2018 du Dakar, "un parcours codé" selon Étienne Lavigne



Alors que la 40e édition du Dakar approche désormais à grands pas, le patron de la classique du rallye-raid estime que la difficulté du parcours de 2018 résidera dans la pluralité de la nature et de ses défis.

Qu'est-ce qui fait la particularité du parcours du Dakar 2018, si on met de côté le retour du Pérou ?

Je crois que cette année nous avons l'un des parcours les plus intéressants depuis que nous sommes arrivés en Amérique du Sud, car nous avons trois pays différents, avec trois géographies différentes. Et, par-dessus tout, avec des conditions météo dans chaque pays également différentes. C'est comme un parcours codé.

La partie péruvienne aura de bonnes conditions météo et une géographie intéressante avec des dunes de sable, des boucles et des étapes très intéressantes. C'est dans l'ADN du Dakar d'avoir ces dunes de sable.

Ensuite, nous avons une deuxième partie dans l'Altiplano bolivien, avec quatre étapes et la ville incroyable de La Paz. Toutes les spéciales sont plus rapides, mais la difficulté résidera dans l'altitude, qui oscillera entre 3600 et 4000 mètres. Ce seront des conditions difficiles pour tout le monde et en premier lieu pour les pilotes. Les conditions météo y seront aussi difficiles. Il y aura du froid, du vent, de l'eau, de la neige, de la boue.

Et pour finir, nous avons l'Argentine avec la partie Nord-Ouest du pays, en allant dans les provinces de Catamarca, Tucumán, Salta… C'est une région très intéressante pour concevoir des étapes, avec tous les types de reliefs et une météo très chaude.

Les trois parties de ce parcours représentent un peu les difficultés que découvriront les pilotes durant la prochaine édition. Chaque pilote devra s'adapter non seulement à l'aspect sportif des étapes, mais aussi à la géographie de chaque pays, ses conditions météo. C'est un défi chaque jour que de changer sa façon de piloter et de l'adapter au contexte quotidien. C'est un travail d'adaptation très important pour chacun.



Est-ce qu'il y a une étape qui selon vous sera clé pour les concurrents ?

La chose difficile avec le Dakar c'est que nous ne pouvons pas savoir quelle sera l'étape la plus difficile pour les concurrents. Cela dépend beaucoup des conditions météo. C'est plus difficile pour les motos que pour les voitures, bien sûr, car sur une moto c'est bien plus inconfortable que dans une voiture lorsque la météo n'est pas bonne.

Avez-vous envisagé des mesures préventives comme un bivouac alternatif ou un parcours alternatif pour éviter ce qu'il s'est produit en 2017 avec la pluie?

Cette année nous n'avons pas eu de chance avec les étapes en Bolivie, avec une rivière de boue sur la route, c'était très difficile. C'est vrai que nous pouvons imaginer plein de choses, mais il arrive un moment où c'est difficile d'anticiper tous les scénarios que nous pouvons trouver. Mais c'est vrai que nous pouvons réduire la longueur de chaque étape si nous le savons [la dégradation de la météo] une journée avant. Ce n'est pas toujours facile, mais il est possible d'ajuster la longueur de l'étape. Ce sont des choses que nous pouvons améliorer.

Ce Dakar présente un parcours composé pour moitié de tronçons chronométrés et pour moitié de liaison. Pourquoi une telle configuration ?

Cette répartition est possible car au Pérou vous pouvez avoir des boucles dans les régions de Pisco et de San Juan de Marcona.



Cette année marque la 40e édition du Dakar. Quel est le souvenir qui vous est le plus chère ?

La bonne surprise dans notre Histoire récente a été notre première édition ici [en Amérique du Sud] en 2009, car pour nous c'était vraiment un défi de rendre possible cette première édition du Dakar en Argentine et au Chili sans rien savoir de ces deux pays, de ne pas savoir s'il y avait de l'enthousiasme pour nous recevoir ou non. Nous avions beaucoup d'attentes à propos de cette première édition en 2009, et ce fut vraiment une bonne surprise que de trouver une nouvelle audience, un nouvel enthousiasme. C'était comme une renaissance du Dakar, avec un très fort enthousiasme populaire et des millions de personnes sur le bord des routes.

Quel est votre point de vue sur la décision de Peugeot de quitter le Dakar après 2018 ?

Cela n'a pas été une surprise car cela fait partie du rythme de vie normal d'un constructeur dans une discipline. Un constructeur vient présenter sa technologie, son nouveau véhicule, montrer qu'il peut gagner, et lorsqu'il a gagné deux ou trois fois, c'est l'heure de faire des choses dans une autre discipline. C'est comme cela que procèdent Volkswagen, Citroën, Toyota, Mitsubishi et maintenant Peugeot. C'est un peu le cycle de vie normal pour un constructeur dans une discipline.

Est-ce qu'il est possible à l'avenir d'attirer de nouveaux constructeurs ?

Oui, je pense que ça l'est. C'est toujours une décision stratégique pour un constructeur de venir et d'investir dans une discipline tel que le Dakar.

KTM a remporté le Dakar 16 fois de suite. Est-ce que ce serait bon d'avoir un vainqueur différent cette année ?

Pour un organisateur, l'ambition est toujours de préserver l'intérêt de la course, avec de nouveaux pilotes et de nouveaux vainqueurs. Mais aujourd'hui nous sommes contents car nous avons Yamaha, KTM, d'importants constructeurs dans la discipline. Nous pouvons réfléchir à plein de choses pour la prochaine édition. Nous avons Kevin Benavídes ici (en Argentine), Pablo Quintanilla au Chili. Il y a beaucoup plus de pilotes qui peuvent remporter le Dakar que du temps de Despres et Coma, qui étaient toujours les deux protagonistes à leur époque.

Est-ce que le Dakar en a terminé avec l'Afrique ? Est-ce qu'il y a un désir d'y revenir ?

Non, pour le moment nous avons plusieurs projets à l'esprit pour l'avenir de la course. Nous sommes contents de revenir au Pérou cette année. Je m'attends aussi à un retour au Chili dans le futur. Nous avons des contacts en Équateur, et il y a d'autres choses que nous pouvons imaginer pour le futur. Nous avons des perspectives ouvertes, et c'est pourquoi nous n'envisageons pas d'autres endroits en Afrique ou ailleurs pour le moment.

Est-il possible d'imaginer pour les prochaines éditions du Dakar que quatre pays soient impliqués en Amérique du Sud ?

Oui, parce que c'est dans l'ADN de notre événement de surprendre les concurrents chaque année comme nous l'avons fait avec cette nouvelle édition au Pérou, en Bolivie et en Argentine. C'est un peu l'idée que de proposer chaque année un parcours différent, avec des contrées différentes, des géographies variées, et une nouvelle façon de courir. C'est un événement itinérant, et c'est pourquoi il a de nouveaux paysages, de nouvelles difficultés, c'est vraiment un besoin que de conserver l'intérêt de tout le monde.



Est-ce qu'il y a un pays qui suscite chez vous une envie de l'ajouter à la course ? Un ancien ou un nouveau ?

En dix ans, nous avons travaillé en Argentine, au Chili, au Paraguay, au Pérou et en Bolivie. Si nous pouvons ajouter des pays comme l'Équateur ou la Colombie, ce serait très intéressant car il y a des possibilités pour imaginer une traversée du continent, en reliant par exemple Buenos Aires à Carthagène, avec quelques jours en plus de compétition. Dans le passé, nous avons bien eu une édition en Afrique [traversant le continent] du Nord au Sud, en 1992.

Vous souhaiteriez quelque chose de similaire ?

Oui. C'est un grand défi mais c'est très intéressant que de proposer une odyssée de ce type pour attirer de nouveaux intérêts. Chaque année nous devons inspirer les gens avec quelque chose de nouveau.

Quand cela pourrait-il être mis en place ?

Le Dakar est un événement politique, car vous avez besoin bien sûr du soutien des pays pour l'organiser. Sans le soutien des pays, c'est impossible. Il vous faut le soutien de la police, des autorités, et c'est pourquoi nous avons besoin d'être invités dans chaque pays afin de travailler et de concevoir les étapes.

L'entraîneur de football, André Villas-Boas, va concourir en 2018, et la star Robert Lewandowski a révélé vouloir participer à l'épreuve dans le futur. Qu'est-ce que vous ressentez lorsque des athlètes venant d'autres sports expriment le désire de rejoindre le Dakar ?

C'est une chance pour nous que de pouvoir mélanger des personnalités provenant d'autres disciplines et d'un peu partout.


_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 39853
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 63
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dakar 2018

Message par Mathu le Jeu 11 Jan - 3:49

Dakar 2018 : Elena blessé, Loeb abandonne


Journée de poisse pour le duo nonuple champion du monde WRC. Ce Dakar 2018 voit l’abandon de Loeb/Elena après une grosse galère et un accident.

Vainqueurs de l’étape de la veille, Loeb et Elena devaient ouvrir sur une étape péruvienne encore très compliquée. Les dunes péruviennes sont mauvaises et remplies de pièges. Ce Dakar 2018 connait son lot d’accidents et d’abandons, en moto comme en auto.

Loeb et Elena ont été longtemps indiqués à l’arrêt. Tankés dans le sable, dans un trou invisible, ils ont finalement été dépannés par un camion. La partie spéciale étant en deux parties, ils sont arrivés à la fin du premier tronçon chronométré avec 2h45 de retard. Déjà c’était les adieux à la victoire finale.

Mais, comme le dit Sébastien : « [Daniel] hurle dès que je roule à plus de 30 km/h, je ne vois pas comment on pourra continuer ». Pourtant un dur à cuire comme il se plait à se décrire, « Danos » a pris cher à la réception dans ce trou. Sternum touché, mais surtout coccyx. Impossible à priori de prendre le départ du second tronçon.

Dans ces conditions, Peterhansel, parti 2nd avec JP Cotteret, a un boulevard devant lui. D’autant plus qu’il remporte cette étape entre San Juan de Marcona et Arequipa. Il devance de 4 minutes 52 le Toyota de Ten Brinke et de près de 13 minutes celui de De Villiers.

Sainz sur la deuxième Peugeot rescapée est 4ème à 18 minutes 10, suivi par Al Attiyah à 24 minutes 33. Terranova sur la première Mini est 5 secondes plus lent que le Qatari. On notera la belle performance de Al Qassimi sur le Peugeot 3008 DKR Maxi privé de PH Sport. Despres est 9ème du jour à plus de 37 minutes.


Au général, 2 Peugeot restent en tête. Peterhansel mène, devant Sainz à 31 minutes 16. De quoi voir venir. Ten Brinke est 3ème désormais à 1h15. Il passe Al Attiyah pour 8 minutes. Ce dernier est 4ème à 1h23 de Peterhansel. De Villiers suit à 1h34.

Ensuite, on retrouve Al Qassimi, Amos sur son buggy SMG, et enfin la première Mini, celle de Przygonski. Mais on est ici à plus de 2h d’écart. Débâcle chez Mini.

Source BlogAuto / Dakar

_________________
Palmarès championnats, TCM, courses Scuderia et SGT6Fr :
Like a Star @ heaven 266 courses : 139 victoires / 86x 2eme / 25x 3eme / 250 podiums / 10x 4eme / 3x 5eme / 4x 6eme
Like a Star @ heaven 128 qualifications : 61 poles
Like a Star @ heaven 21 championnats : 16 titres / 5x 2eme
Like a Star @ heaven 4 championnats team : 4 titres

Titres : GT5 Fantastics, Wec S2(+Team), GTWC(+Team), SGTC(+Team), Multi-catégories, SRBC(+Team), Gran Tourisme, Gran Tourisme S2, TCM S1, TCM S2, Multi-catégories S2, TCM S4, Red Bull Junior, Sun Cup, TCM S5, Vad'Or 2016
2eme: Wec S1, Kart Furieux, Constructeurs, TCM S3, TCM S6


avatar
Mathu
Administrateur
Administrateur

PSN : MP
Contrôleur : Gamester, DFGT, T300 RS
Cockpits : GT Omega Racing
Jeux PS4 : Gran Turismo Sport, Dirt Rally, Project Cars, Drive Club, TTR
Jeux PS3 : GT5 Prologue, GT5, GT6, F1 2010, Dirt, Grid, Ferrari Challenge
Messages : 46169
Date d'inscription : 24/05/2011
Age : 131
Localisation : Fukushima

https://www.youtube.com/channel/UCf1J4pzfo0NMo0gvCmg2L9g

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dakar 2018

Message par guy3865 le Jeu 11 Jan - 8:44

les 'Dakar' se suivent et ne se ressemblent pas .. encore un qu'il n'aura pas à son actif !!!

_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 39853
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 63
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dakar 2018

Message par Mathu le Jeu 11 Jan - 19:34

Oui dommage..

_________________
Palmarès championnats, TCM, courses Scuderia et SGT6Fr :
Like a Star @ heaven 266 courses : 139 victoires / 86x 2eme / 25x 3eme / 250 podiums / 10x 4eme / 3x 5eme / 4x 6eme
Like a Star @ heaven 128 qualifications : 61 poles
Like a Star @ heaven 21 championnats : 16 titres / 5x 2eme
Like a Star @ heaven 4 championnats team : 4 titres

Titres : GT5 Fantastics, Wec S2(+Team), GTWC(+Team), SGTC(+Team), Multi-catégories, SRBC(+Team), Gran Tourisme, Gran Tourisme S2, TCM S1, TCM S2, Multi-catégories S2, TCM S4, Red Bull Junior, Sun Cup, TCM S5, Vad'Or 2016
2eme: Wec S1, Kart Furieux, Constructeurs, TCM S3, TCM S6


avatar
Mathu
Administrateur
Administrateur

PSN : MP
Contrôleur : Gamester, DFGT, T300 RS
Cockpits : GT Omega Racing
Jeux PS4 : Gran Turismo Sport, Dirt Rally, Project Cars, Drive Club, TTR
Jeux PS3 : GT5 Prologue, GT5, GT6, F1 2010, Dirt, Grid, Ferrari Challenge
Messages : 46169
Date d'inscription : 24/05/2011
Age : 131
Localisation : Fukushima

https://www.youtube.com/channel/UCf1J4pzfo0NMo0gvCmg2L9g

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dakar 2018

Message par guy3865 le Jeu 11 Jan - 21:01

que son co-pilote se rétablisse vite ...

_________________

remettre à plus tard ce que j'aurai pu faire il y a longtemps .....
GT1 à GT6 que du plaisir.. playseat RaceRoom 3033 et volant T 300RS + TH8A + T3PA
en retraite depuis la fin mars 2014
avatar
guy3865
modérateur
modérateur

PSN : guy3838
Contrôleur : pad et T300RS
Cockpits : RaceRoom 3033
Jeux PS4 : Project cars
Jeux PS3 : GT/GT2/GT5/GT6 et F1 2013
Jeux PC : aucun
Messages : 39853
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 63
Localisation : PRIVAS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dakar 2018

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum